RSS
RSS
AccueilAccueil  
  • Sujets actifsSujets actifs  
  • FAQFAQ  
  • RechercherRechercher  
  • MembresMembres  
  • GroupesGroupes  
  • S'enregistrerS'enregistrer  
  • ConnexionConnexion  
  • AccueilAideRechercheMagesGuildesCarteSujets actifsMagicbox !
    ConnexionS'enregistrer

    Lucinda Hurtz, Veuve Noire






    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

    Lucinda Hurtz, Veuve Noire par Invité le Ven 18 Mai 2018, 13:30
    avatar
    Invité
    Invité







    Hurtz Lucinda



    Code par Leah

    Identité

    Genre :
    Nom : Hurtz
    Prénom(s) : Lucinda
    Surnom(s) : Veuve Noire
    Âge : 27 ans
    Nationalité: Pergrande
    Magie : animal soul Veuve Noire

    Physique

    Taille : 173 cm
    Poids : 56 kg
    Main directrice : Droite

    Situation

    Guilde : Le Comité
    Rang estimé: confirmé
    Joyaux possédés : 500 joyaux

    Citation

    « Je suis le Mal »
    Apparence physique

    Lucinda est une belle femme, au port altier, de taille moyenne, avec une corpulence assez faible mais qui néanmoins renvoie une apparence de force par l'expression de son visage fermé.
    Ce que l'ont remarque en premier quand on croise Lucinda, outre son teint de peau blafard, c'est la pâleur du bleu des iris mise en exergue par le trait de maquillage noir qui cerne abondamment les yeux. Dans ces derniers qu'aucune lueur n'anime, reflète une expression qui pourrait très bien être une profonde tristesse ou une violente cruauté, un regard qui met mal à l'aise dans tous les cas.
    La bouche est pleine et joliment dessinée, qu'un rouge à lèvre foncé vient assombrir, des lèvres qui n'ont aucun souvenir de sourire ou de rire.
    La noirceur identique à celle de l'âme se retrouve dans la chevelure longue et indisciplinée, qui vient se confondre au niveau des épaules étroites avec les vêtements tout aussi sombres.
    L'habillement est noir ou gris foncé, souvent en cuir, Lucinda alternant haut et pantalon ou jupe, ses pièces vestimentaires sont ornées de lacets.
    Elle arbore des accessoires qu'elle ne quitte jamais, une grosse ceinture de cuir noir qui ceint bien sa taille fine, ainsi qu'un collier également de cuir et une étole de soie noire qui cache le décolleté où l'on devine une poitrine généreuse.

    Description mentale

    Lucinda est la Mal, elle le sait, elle est liée à la violence et au sang versé. Elle se délecte de la souffrance qu'elle peut provoquer, comme un juste retour des choses, en paiement de ce qu'elle croit avoir du supporter dans son enfance. Tuer n'est pas son but principal mais quand la victime transpire le Bien plus qu'elle ne peut le supporter, les tortures conduisent bien souvent à la mort.
    Aucun sentiment ne semble l'animer, excepté la haine. Elle n'a aucune pitié pour ses victimes, aucune peur, aucun remord, elle fait preuve d'un sang-froid à toute épreuve et d'une cruauté sans limites.
    D'une fierté exacerbée, elle s'imagine faire partie d'élus ayant pour rôle suprême de supprimer les faibles.
    Pour elle, il y a trois catégories de personnes, et sa manière de les aborder dépend de leur nature.
    La grande majorité des gens n'appartient ni au Bien ni au Mal, avec autant de défauts que de qualité, autant d'atouts que de faiblesses, elle les ignore voire peut les côtoyer un certain temps mais n'établira aucun lien avec eux si elle n'y trouve aucun intérêt personnel.
    Il y a les faibles, qui sont potentiellement ses victimes, qui pensent le Bien, font le Bien, ne sont que qualités et l'incitent à la violence, elle hait viscéralement ceux qui ne sont que bonté écoeurante et ne peut supporter leur présence sans vouloir les anéantir.
    Enfin les autres, hélas si peu nombreux, qui sont le Mal comme elle, et avec lesquels elle pourrait développer un lien solide, si elle en rencontrait. Elle rêve de trouver ces âmes sœurs, aussi noires que la sienne, car bien que solitaire et peu disserte, elle aimerait partager les concepts que sont les siens.
    Elle n'a jamais eu de relation amicale ou amoureuse suivie, quelques rapports charnels pour satisfaire ses instincts primaires mais jamais basés sur des sentiments et c'est là sa faille. Plusieurs fois déjà, elle n'a pu accomplir son devoir de torture, elle n'a pas su résister à l'appel de son corps, à l'envie sexuelle provoquée par ces hommes qu'elle voulait faire souffrir. Puis, l'acte charnel terminé, elle a été incapable de rester plus longtemps en la présence de celui qui l'avait rendue faible.
    Histoire

    La génétique est si émouvante quand on se penche sur le berceau d’un nouveau-né qui vous regarde de ses grands yeux bleus comme son père, elle est si merveilleuse quand l’écolière est aussi douée en mathématiques que l’était sa mère au même âge, elle est si étrange quand le roux flamboyant des cheveux du petit dernier ne se retrouve que chez son grand-père...mais elle peut être aussi destructrice quand elle fait porter toutes les mauvais gènes à la nouvelle vie commencée.

    Lui, un tueur en série, des crimes atroces à son actif, principalement des femmes riches lui rappelant sa mère, des années de prison mais il avait réussi son évasion grâce à son frère, aussi pourri que lui.
    Elle, une psychopathe qui torturait et émasculait chacun de ses amants puis qui venait ensuite déposer sur la table de la cuisine de sa femme, un joli colis contenant le résultat de la mutilation.
    Ils se rencontrèrent dans la demeure d’une riche bourgeoise, elle venait avec son cadeau, lui pour apaiser sa soif d’anéantir encore une fois le souvenir maternel. C’est dans le lit de celle qui gisait la gorge ouverte sur le sol de sa cuisine qu’ils cédèrent à leurs pulsions sexuelles, deux êtres déjà perdus qui se trouvaient ici. Il passa rapidement dans la vie de cette femme instable sans s’y arrêter, ce n’était pas son genre, mais il lui avait laissé une infime partie de lui : elle était enceinte.

    Une grossesse compliquée mais menée à terme, un accouchement solitaire dans la baignoire, mais la délivrance ne vint pas et l’hémorragie trop violente fit fermer les yeux trop lourds de la mère pour l’éternité. Le nouveau-né resta seul, petit chose encore accrochée au corps inerte de sa mère par le cordon ombilical, baignant dans une mare de sang. Elle tenait à la vie, cette petite fille, et quand les voisins alertés par les mugissements du nourrisson vinrent la chercher, elle était presque bleue du manque d’oxygène mais elle résista. Lucinda.

    Lucinda avait 10 ans, des parents adoptifs qui l’aimaient, elle était bonne élève et avait un secret qu’elle ne partageait avec personne : son Ami invisible ne la quittait jamais. Il lui apprenait à réciter des phrases en latin et lui faisait dessiner des étoiles à 5 branches avec son sang mais se piquer les doigts faisait mal et elle eut tôt fait de voir que le chien ou le chat de la maison ne disaient rien sous le feu de l'aiguille.
    Bien sûr, il fallait ensuite essuyer l'étoile tracée sur le sol avant que quelqu'un ne le voit, mais avec un bon torchon et sa salive, il ne restait que peu de traces et la seule remontrance qu'elle eut fut de ne plus monter dans sa chambre avec des chaussures boueuses. Bientôt, ce fut plus simple avec une éponge et un seau, sauf qu'il fallait le faire rapidement, avant qu'on ne s'aperçoive que le seau n'était plus dans le placard. Compliqué tout ça, mais indispensable pour plaire à son Ami.

    L'arrivée du sang menstruel fut un grand évènement pour l'adolescente, non seulement il avait beaucoup plus de puissance pour faire la croix selon son Ami, mais il lui fit aussi un cadeau inestimable en cet honneur, il lui expliqua comment se débarrasser de ses parents pour rester enfin seuls tous les deux.
    Alors le jour où elle devait souffler sur ses 15 bougies, Lucinda prit le grand couteau dans le tiroir et se précipita dans la chambre du fond pour larder le lit de coups violents. Mais elle était encore faible à son âge et dans l’obscurité, elle ne fit pas aussi bien que comme le lui avait dit son Ami. Les parents s’en tirèrent avec des blessures dont la plus grave fut celle de leur ego.
    Quant à Lucida, on la plaça dans un hôpital spécialisé sur le mur duquel elle put lire pour la première fois le mot "psychiatrique".

    Tant d’années qu’elle était ici, trois ou peut-être quatre, et pourtant, jamais elle n’avait cessé de penser à fuir. Elle n’avait plus sa chambre du début, mais une pièce toute blanche, capitonnée et fermée à double tour. Sans doute à cause du bébé ? La fille qui le portait avait accouché dans la chambre à côté de la sienne et tandis qu’ils lui prirent pour le mettre dans la salle de nurserie, Lucinda entendit son Ami secret lui dire de le tuer et de prendre son fluide vital. Quand les infirmiers la trouvèrent assise sur le sol de la nurserie avec le minuscule cadavre dans les bras et la bouche maculée de sang, ils la bouclèrent de suite en isolement en disant que rien ne pourrait la soigner, qu’elle appartenait déjà à Satan. Depuis, elle ne voyait plus personne, mise à part l’infirmier musclé qui venait la nourrir et vider son pot d’aisance.

    L’araignée était entrée par la petite fente sous la porte, une magnifique arachnide noire, avec des tâches rouges sur le dessus de son abdomen. Elle lui tint compagnie, jour après jour, nuit après nuit, elle devint sa confidente, remplaçant peu à peu son Ami qui disparut par jalousie. Lucinda fit tout pour devenir comme l’araignée, elle qui était si belle, si forte, un modèle à égaler. Elle se fit mordre plusieurs fois, exprès, les premières morsures déclenchant une forte fièvre, des nausées et des vertiges que l’on soigna comme une intoxication alimentaire, celles d'après ne provoquèrent que quelques tremblements. Les dernières inoculations de venin par la belle aux pattes velues ne firent plus leur effet, Lucinda était immunisée. Puis, elle passa à l’étape de l’observation, une telle perfection à imiter, et elle apprit à se transformer petit à petit, imbibée quotidiennement du venin, elle apprit à devenir comme elle.

    Lucinda fêta ses 21 ans avec son araignée, elle sut ce qu’elle voulait comme cadeau, quelque chose d’exceptionnel, sa liberté. Elle n’avait pas fait d’études, ne savait pas ce qu’était une équation et où se situait le plus haut sommet, mais elle pouvait devenir une autre, une veuve noire.
    Ainsi elle se transforma et alla se tapir contre le plafond, attendant en silence. Son gardien ne la voyant pas par le judas, entra précipitamment dans la pièce sans refermer derrière lui, elle n’eut plus qu’à l’empoisonner de sa morsure venimeuse et la voie de l'extérieur s’ouvrit à elle.
    Mais, avant de partir, elle se devait d’accomplir le rituel. Dans sa bouche, le goût du mâle était un délice, sans doute ne se doutait-il pas de cette fin quand il était entré dans la pièce en passant sous la porte, étrange remerciement pour son aide dans l’apprentissage de la métamorphose.
    Dehors, enfin ! Elle avait soif de vengeance, et d’abord tuer ceux qui l’avaient envoyée dans cet enfer. Elle le fit avec plaisir, se délectant de leur souffrance à la torture, de leurs cris et de leurs supplications, et quand ils ne furent plus que chairs sanguinolentes, elles les acheva de plusieurs coups de couteau, une juste réparation de ce qu’elle avait raté avant son internement.
    La vue du sang la stimulait, torturer, tuer, violence, pour lui, pour Satan. Elle voulait le Mal, elle était le Mal. Détester, la haine pour ceux qui faisaient le bien, qui étaient parfaits, ceux qui n’avaient que des qualités, elle saurait leur montrer qu’elle valait mieux qu’eux, elle était toute puissante, ils étaient les faibles.

    Des années d’errance, Lucinda traîna de ville en ville, accomplissant son action de purification des faibles, ces techniques de torture s’enrichissant au gré de son imagination, elle laissa quelques cadavres derrière elle mais savait disparaître avant d’être inquiétée. Elle perfectionnait également sa magie de métamorphose, stabilisant les divers sorts que lui octroyait son corps arachnéen. Elle s’en servit quelques fois pour égayer les séances de torture, mordant, inoculant du venin, transperçant de ses griffes acérées, rien ne pouvait être plus jouissif que d’entourer un corps sanguinolent dans une gangue de soie.

    La solitude devenait pesante. Certes elle trouvait toujours des mâles pour permettre à son corps de satisfaire ses pulsions mais aucun qui ne lui ressemblait, avec lequel elle aurait pu continuer son parcours, aucun issu du Mal. Il arriva même qu'elle en achève quelques uns qui lui faisaient la leçon après l'acte, elle n'avait pas besoin d'un confesseur, encore moins d'un cours sur les bonnes manières.
    Fuir, s'éloigner toujours plus pour ne pas être reconnue, aller vers des lieux qui ne rappellent plus toutes les blessures subies, plus loin, encore plus loin, jusqu'à ce que l'Ami revenu depuis quelque temps ne se fasse plus entendre. Elle n'avait plus besoin de lui, elle voulait décider seule, être le maître, s'affranchir de ses ordres.

    Ce fut dans un lieu hostile que le silence se fit enfin dans sa tête, un décor merveilleux mais gelé, froid, que de la glace autour et surtout cette blancheur immaculée. Non, elle ne supportait pas, elle manquait de cette noirceur qui l'entourait depuis toujours. Elle se mordit les lèvres de rage pour ne pas hurler son désespoir, si fort qu'une petite goutte de sang vint se poser dans la pureté de la glace. Cette tâche rutilante ainsi amplifiée par la blancheur environnante la subjugua et elle resta là, des heures peut-être, à contempler son oeuvre

    Revenir en haut Aller en bas

    Re: Lucinda Hurtz, Veuve Noire par Nina Andersen le Lun 21 Mai 2018, 11:51
    avatar
    Volonté d'Asgard
    Voir le profil de l'utilisateur







    Alors j'sais pas vous, mais moi, je valide !

    C'est bien écrit, c'est fourni, c'est carré, que dire de plus ? Ah, si, une chose me taraude...

    ... Le rang ! On sait très bien (trèèès bien) ce qu'elle est capable de faire à un humain normal, à n'en point douter. Mais je n'ai pas réussi à me faire une idée claire de la puissance magique de Lucinda, notamment si elle était confrontée à un mage et plus un simple humain. :o

    Mais ça, c'est un détail qu'on résoudra bien vite. En attendant, pour moi tu es validée en tant que mage du Comité !

    Mais laissons la glaciale Leah décider du sort de la Veuve Noire ! ♥️

    Officiellement bienvenue à toi, Lucinda ! J'espère que tu te plairas ici ! :)

    Revenir en haut Aller en bas



    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut




    - Sujets similaires